Le semis des courges

Par défaut

Après les semis de piments, poivrons, aubergines et tomates, voici le dernier semis intérieur de l’année pour moi …. J’ai nommé les courges ! TADAA !

Quand semer ? Au début, je semais les courges (au sens large, concombres, cornichons, potirons, courgettes, …) plus tôt dans l’année, souvent en même temps que les tomates (courant mars donc). Seulement voilà, j’obtenais bien souvent des résultats moyens de germination, des semis qui avaient tendance à filer un peu et qui étaient bien souvent très développés lors de la plantation en pleine terre avec des difficultés de reprise. Puis une année, j’ai voulu essayer deux volées de semis, l’habituel en mars et un plus tardif mi-avril. A la mise en terre, à la mi-mai, j’avais donc une forte différence entre mes plants, les premiers étant bien développés et commençant même à fleurir alors que les seconds en étaient encore aux premières paires de feuilles. Mais très rapidement, ils ont comblé leur retard et ont fini par produire plus vite et en plus grand nombre, tout en étant globalement moins sensible aux maladies. Bref, le fait de rester longtemps en godets avait finalement affaiblis mes plants et l’avance prise n’avait donc aucun intérêt. C’est pourquoi maintenant je sème systématiquement à la mi-avril.

Comment semer les courges ? Les courges germent et se développent rapidement, donc pour elles je conseille essentiellement le semis en godets. Il est également possible de semer en pleine terre, mais les godets permettent de prendre un peu d’avance !Pour semer les courges, rien de compliqué. Dans un godet percé (comme toujours), je mets une bonne quantité (jusque 3 cm du bord environ) de terreau riche ou alors un mélange terreau-compost car les courges sont très gourmandes. J’arrose copieusement l’ensemble mais contrairement ce que l’on peut lire parfois, je n’arrose jamais jusqu’à ce que l’eau dégouline par les trous de drainage. Certes, cela permet d’humidifier son terreau au maximum mais cela provoque aussi un lessivage du substrat et l’appauvrit en entrainant les éléments nutritifs hors du godet. Je place ensuite deux graines sur le côté fin (les graines posées à plat pourrissent plus rapidement) et je complète avec du terreau jusqu’à 1 cm du bord. Enfin, je termine en vaporisant les godets.

Et la suite ? Les semis de courges demandent relativement peu d’entretien jusqu’à la germination, qui se fait très rapidement. Il faudra simplement humidifier le substrat par le dessus si celui-ci commence à sécher (n’attendez pas bien longtemps, au premier signe de dessèchement on revaporise). Par contre, tant que les graines ne sont pas germées, et c’est d’ailleurs vrai pour tous semis, il ne faut jamais arroser à grosses gouttes ou au goulot directement mais toujours en vaporisant sous peine de voir remonter les graines à la surface et les empêcher de germer.Une fois germées, il faudra procéder à un éclaircissage pour ne garder que le pied le plus fort. Il est tout à fait possible de replanter le second pied si l’éclaircissage s’est fait en douceur et que suffisamment de racines ont été conservées. La reprise se fait plutôt bien. Concernant l’arrosage, maintenant il faut arroser par le dessous pour forcer les plants à s’enraciner en profondeur. Pour cela, on place tout simplement les godets dans une coupelle remplie d’eau !Il ne reste plus qu’à attendre les saints de glace et mes concombres, courgettes, pâtissons et potirons pourront rejoindre le potager.

Et vous, avez-vous déjà semé vos courges ? Je suis toujours curieux de connaître vos variétés et pourquoi vous les avez choisis alors n’hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *