Rajeunir sa fraiseraie

Par défaut

L’automne va bientôt arriver et chez moi c’est synonyme de plantation. C’est en effet la meilleure période pour planter les petits fruitiers qui vont bénéficier d’un sol réchauffé leur permettant d’établir un bon système racinaire avant l’hiver. Et avec un peu de chance, les premiers fruits devraient être présents dès l’été prochain.Cette année, mes fraisiers ont donné un peu moins que l’année dernière. Il faut dire qu’ils commencent à se faire vieux, il faut donc rajeunir tout cela. L’avantage avec les fraisiers, si la variété convient, c’est qu’il n’y a pas besoin de racheter pour avoir de nouveaux pieds ! Les plants de fraisiers ont une incroyable faculté à se multiplier par le moyen de tiges aériennes, appelées stolons, sur lesquelles vont s’enraciner de nouveaux plants. Profitons donc de cette manne.Avant tout, je commence par préparer le matériel dont j’aurais besoin : quelques godets en plastique (les godets en plastiques sont mieux que ceux en tourbe qui se dégraderaient trop rapidement) et un mélange à parts égales de compost et de terreau (à géranium, c’est l’idéal mais un terreau universel convient très bien).Ensuite, je fais un peu de ménage dans ma fraiseraie. Ca ne fait pas de mal et on y voit plus clair. Je coupe donc les tiges qui ont porté les fraises dévorées cet été, les feuilles fanées et j’en profite pour retirer les éventuelles plantes indésirables. Ensuite, je sélectionne les plus beaux stolons. Vu le nombre de nouveaux plants en formation, inutile de conserver les plus petits. Cependant, si vous trouvez que les plus gros plants ne suffisent pas vous pouvez aussi garder les plus petits. Ils seront simplement plus longs à s’établir et à produire.Je remplis mes godets avec le mélange compost-terreau puis y plante les fraisiers en formation le long des stolons sans les couper. Si le plant ne reste pas dans le godet (à ce stade là, les racines ne sont pas toujours bien formées) il est possible de le maintenir avec une « agrafe » fabriquée en fil de fer. Enfin, le mieux est d’enterrer le godet pour limiter les pertes d’eau et donc les arrosages. Si le godet le permet, une petite couche de paillis et il ne reste plus qu’à laisser s’enraciner le plant convenablement.D’ici 2-3 semaines environ je sèvrerais les pieds en coupant les stolons puis courant octobre je planterais ces nouveaux fraisiers à leur emplacement définitif. Résultat : 19 nouveaux fraisiers sans rien dépenser :).Et vous, multipliez vous vos fraisiers vous même? Comment procédez vous? Tiens, j’en profite aussi pour vous demander quelles variétés de fraises cultivez vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *