Que semer, planter et comment entretenir son potager en décembre

Par défaut

Je crois qu’en décembre, l’activité est à son minimum au potager, ce qui n’est pas plus mal pour préparer les fêtes de fin d’année ! Voici quand même quelques petites choses à faire pour les mordus du jardinage qui ne renonceront jamais 🙂

Les semis

  • Carotte : les carottes hâtives pourront être semées sous une bonne protection. Pensez à bien décompacter votre sol avant de semer.
  • Laitue : les variétés supportant l’hiver (comme Appia ou Reine de Mai) pourront elles aussi être semées sous protection
  • Pois : il semblerait que la variété « pois nain Louvette » puisse être semée en décembre. Personellement, je n’ai pas essayé mais dans tous les cas, je la réserverais plutôt pour les régions aux hivers très doux.

Les plantations

  • Ail : A réserver aux régions aux hivers très doux et à condition que le sol ne soit pas gelé. Planter sur butte pour assurer un bon drainage et éviter le pourrissement des caïeux.
  • Arbres et arbustes fruitiers : Les petits fruitiers (cassissier, framboisier, groseillier) et les arbres fruitiers (à pépins et à noyau) peuvent être plantés en décembre à condition qu’il n’y ait pas de trop grosses gelées dans votre région
  • Rhubarbe : Les éclats de souche sont mis en terre à condition que le sol ne soit pas gelé. Il faudra alors pailler généreusement et, lors de gelées annoncées, placer un pot en terre retourné dessus.

L’entretien à apporter aux cultures en place

  • Légumes vivaces : si ce n’est pas déjà fait, dépêchez vous de poser vos dernières protections hivernales sur vos cultures vivaces (exemple pour mes artichauts)
  • Arbres et arbustes fruitiers : continuer la taille amorcée le mois dernier
  • Parcelles inoccupées : ne laissez pas de parcelles nues pendant l’hiver (ma façon de préparer les parcelles pour l’hiver). D’ailleurs, un ebook sortira prochainement combinant les articles de différents bloggeurs sur le sujet ;).

Et vous, que faites vous en décembre au (ou pour le) potager?

Que semer, planter et comment entretenir son potager en octobre ?

Par défaut

On prépare l’hiver au potager tout doucement en octobre. Voici donc un petit guide pour ne rien oublier. Encore une fois il est réduit au strict minimum pour simplifier et alléger la lecture, vous trouverez des informations complémentaires dans les liens vers les fiches légumes notamment si vous le souhaitez (celles qui ne sont pas encore disponibles, le seront prochainement).

Les semis

  • Ansérine Bon Henri : Le semis de cette vivace se fait en place, tous les 20 cm en ligne espacées de 30 cm
  • Chou fleur de printemps : Commencer les semis sous châssis des variétés de printemps pour des récoltes hâtives
  • Chou pommé de printemps : En octobre il faudra finir les semis de choux, en godets ou minimottes, à condition de les garder en intérieur
  • Engrais verts : Semer sur les parcelles fraîchement libérées de leur culture gourmande. Ils succèdent avantageusement aux tomates ou courges par exemple.
  • Fève : Le semis d’octobre est plutôt réservé aux régions à climat doux mais si vous avez beaucoup de graines, tentez le pour obtenir une récolte hâtive.
  • Laitue (d’hiver) : La semer sous châssis, sous cloche ou encore sous tunnel sans quoi elle ne lèvera pas. Elle peut être semée près des fraisiers, des carottes, poireaux, radis…
  • Origan : Un peu sensible au froid , mieux vaut le semer sous une protection en poquets distants de 40 cm

Les plantations

  • Ail, oignon et échalote : Si l’hiver n’est pas trop rude, planter ces bulbes maintenant permet d’avancer les récoltes. Planter sur butte pour assurer un bon drainage et éviter le pourrissement des caïeux (pour des guides détaillés, cliquez sur les liens suivants ; plantation de l’ail, plantation des oignons, plantation des échalotes)
  • Arbustes fruitiers : Les petits fruitiers (cassissier, framboisier, groseillier) trouvent idéalement leur place au potager en octobre. Ils ont ainsi le temps de développer leurs racines avant les grosses gelées et pourront produire (en quantités limitées) dès le printemps prochain.
  • Fraisiers : Octobre est le mois idéal pour planter les fraisiers, profitez-en pour les multiplier si vous avez déjà une variété qui vous convient (et ainsi rajeunir votre fraiseraie) sinon plantez les fraisiers en godets ou à racines nues. Le fraisier étant exigeant, faites le succéder à une culture enrichissante (haricots, pois, …) ou bien un engrais vert semé en juillet-août
  • Hysope : très peu exigeante, cette médicinale peut succéder à n’importe quelle culture et restera en place plusieurs années, profitez en pour la faire succéder à une culture épuisante pour le sol (courges, tomates, choux, …). Planter à 50 cm de distance pour laisser la place de former un petit buisson.
  • Rhubarbe : Commencer à planter les éclats de racines à la fin du mois à condition qu’ils soient entrés en dormance. Eviter de replanter des racines avec des feuilles qui reprendraient difficilement.

L’entretien à apporter aux cultures en place

  • Aromatiques et médicinales vivaces: diviser les souches d’absinthe, d’hysope, de menthe, de ciboulette, d’origan et de sarriette
  • Endive: continuer à forcer en arrachant les endives et en repiquant les chicons en cave après avoir coupé l’ensemble des feuilles (plus d’informations chez Yannick)
  • Poireaux: continuer à butter les poireaux au moins jusqu’à la base des premières feuilles pour favoriser le blanchiment des fûts
  • Choux: continuer à butter les variétés à pommes qui n’ont pas encore été récoltées pour les renforcer

Et vous, que faites vous en octobre au (ou pour le) potager?

Que semer, planter et comment entretenir son potager en août?

Par défaut

Et voilà, c’est notre dernier rendez vous des activités mois par mois ! Avec Yannick du blog au-potager-bio, nous vous concoctons donc une petite surprise pour clôturer en beauté toute cette année passée à vous donner des conseils pour un beau potager 12 mois sur 12. Alors en août, vous pourrez profiter de vos vacances car l’activité diminue un peu au jardin. Restez tout de même vigilants car c’est maintenant le grand boom des récoltes.

Semis en pleine terre

  • Arroche
  • Carotte : plutôt destinées à la conservation
  • Cerfeuil
  • Chou chinois
  • Chou fleur et brocoli : les variétés d’hiver se sèment encore
  • Chou pommé : c’est le moment de préparer la saison prochaine en semant les variétés de printemps
  • Chou rave
  • Epinard
  • Fenouil bulbeux
  • Haricot : à réserver aux régions aux automnes doux
  • Mâche
  • Navet
  • Oignon blanc
  • Persil
  • Poirée
  • Radis
  • Radis noir
  • Roquette
  • Salades diverses

Plantations en pleine terre

  • Choux
  • Oignon jaune et rouge
  • Poireau
  • Salades

Entretien du potager

  • Arroser et renouveler les paillis pour maintenir une bonne couche protectrice
  • Continuer le pincement et la taille des légumes qui le nécessite
  • Protéger les légumes touchant le sol comme les courges
  • Retourner le compost et l’arroser un peu s’il sèche trop
  • Récolter régulièrement et conserver précautionneusement
  • Retirer les mauvaises herbes, à utiliser en mulch
  • Butter poireaux et choux
  • Pincer les tiges des légumes feuilles pour retarder la montée en graines
  • Tailler les arbres fruitiers à pépins et à noyaux, les haies et les aromatiques pour favoriser une nouvelle repousse de feuilles tendres

Voilà de quoi vous occuper en ce beau mois d’août qui s’annoncent ! J’en profite pour vous souhaiter à tous de très bonnes vacances, moi je garde du service

La nécrose apicale (ou cul noir) de la tomate

Par défaut

Si en pleine terre, le cul noir de la tomate est assez rare, il arrive assez fréquemment d’observer ce phénomène sur les plants cultivés en pots ou sous serre. Alors avant d’aller plus loin, sachez que la nécrose apicale n’est pas une maladie causée par un champignon ou un insecte indésirable. Inutile de traiter à tout va si vous faites face à ce problème.

Il est impossible de sauver un fruit atteint de cul noir, on peut simplement consommer les parties non nécrosées. En revanche, on peut prévenir ce problème et le limiter plus ou moins fortement avec quelques gestes simples.

Qu’est-ce qui cause le cul noir chez les tomates?
Alors si le cul noir n’est pas une maladie, qu’est-ce donc? C’est simplement une carence en calcium dans les fruits. Cette carence peut être induite par deux choses :

Une teneur en calcium trop basse dans le sol. Il s’agit de la cause la plus évidente mais elle n’est que rarement (pour ne pas dire jamais) en cause dans la nécrose apicale. A moins de très mauvaises pratiques jardinières (sol à nu en permanence, culture intensive et mono-culture pendant des années de suite), nos sols sont rarement en manque important de calcium.
Une mauvaise assimilation du calcium pourtant présent dans le sol mais qui n’est pas disponible pour la plante. En effet, pour être assimilable par nos plants de tomates, le calcium doit être dissous dans l’eau du sol pour être capté par les racines. Cette raison est de loin l’explication la plus plausible si vous observez le cul de vos tomates se noircir !
tomates cul noir

Comment l’éviter?
Pour mettre définitivement de côté la trop faible teneur en calcium de votre sol, vous pouvez effectuer un test de terre dans un laboratoire d’analyses spécialisé. Mais vous pouvez tout aussi bien vous concentrer sur la deuxième cause, c’est certainement elle la responsable !

Alors, si le calcium n’est pas assimilable par la plante c’est qu’il n’y a pas suffisamment d’eau dans le sol pour le dissoudre et le rendre disponible. C’est pour cette raison que l’on observe le cul noir majoritairement en période de grande sècheresse, sous serre ou en pot. Et donc si l’eau n’est pas présente, il faut l’apporter par des arrosages réguliers ! Je vous dis souvent que les tomates n’ont besoin que de très peu d’arrosages et que l’on peut même mener une culture sans jamais arroser. C’est souvent vrai mais il ne faut pas être borné et savoir qu’une vérité dans un cas, ne l’est pas nécessairement dans d’autres conditions. Il me faut donc nuancer mon propos pour vous dire, qu’en effet, en pleine terre, en extérieur et en condition d’humidité normale, la tomate peut se débrouiller sans arrosage. Toutefois, dès lors que l’on s’écarte de ce cadre, il est impératif d’être beaucoup plus vigilent et de savoir arroser si nécessaire.

Enfin, sachez que les variétés de formes allongées sont généralement plus sensibles à la nécrose apicale (Andine cornue, Banana legs, …). Cependant, je ne saurais pas vous dire pourquoi. Si certains d’entre vous ont une explication, je vous invite à nous en faire part en commentant !

J’espère que ces explications vous éviteront des déconvenues dans vos cultures ! En attendant, n’hésitez pas laisser vos témoignages et nous faire part de vos expériences !

Quand et comment planter les pommes de terre ?

Par défaut

La pomme de terre est une culture que tout potagiste envisage, et c’est bien normal : elle est parmi le légume que l’on consomme le plus ! Moyennant quelques petites attentions, la pomme de terre est une culture facile qui se révèlera généreuse. Et niveau gustatif, une fois que vous aurez gouté aux patates de votre potager, difficile de revenir à autre chose ! Alors, lancez-vous.

Semis ou plantation ?
Peu de gens le savent mais la pomme de terre forme également des graines logées dans ses fruits. Le semis de ces graines peut être envisagé pour cultiver les pommes de terre car c’est souvent plus économique de se procurer des graines que des tubercules. C’est aussi la seule manière de se procurer des variétés très rares. Toutefois, le semis demande beaucoup de manipulation (semis en godets, repiquage) et présente l’inconvénient de ne pas toujours être fidèle à la variété voulue. C’est pourquoi on opte généralement, et je vous le recommande, pour la plantation de tubercules.

La prégermination, une étape intéressante
Faire prégermer ses tubercules de pommes de terre n’est pas indispensable mais permet de gagner deux à trois semaines. Pour une culture qui dure, selon les variétés, de 90 à 150 jours environ autant dire que c’est intéressant ! Pour cela, il suffit de disposer les tubercules à faire germer sur des clayettes dans un endroit très ensoleillé et frais (mais hors-gel) sans les superposer. Ainsi, on obtient respectivement des germes pigmentés et trapus, beaucoup plus solides que les longs germes blancs obtenus à l’obscurité. Une petite astuce que j’utilise depuis longtemps et qui me permet de faire germer mes pommes de terre très « proprement », je dispose les tubercules dans des boites à œufs. C’est l’idéal !

Il faut compter de 4 à 6 semaines pour obtenir une germination satisfaisante, il faut donc prévoir de mettre ses tubercules à germer entre janvier et février.

Germination bleue d’artois (1)
Mise en prégermination de pommes de terre Bleue d’Artois dans une boite à oeufs

Quand planter les pommes de terre ?
La période idéale pour planter les pommes de terre s’étale de la mi-mars à la mi-mai, à adapter selon les régions. Un point de repère traditionnel est de se fier à la floraison du lilas.

Dans le sud de la France et sur la côte atlantique, on peut planter à partir de mi-mars.
Dans les autres régions, mieux vaut patienter jusqu’à début avril.
Bien entendu, comme pour beaucoup de légumes, il est possible d’avancer d’une quinzaine de jours ces dates en utilisant des mini-tunnels ou un voile.

Comment planter les pommes de terre ?
Il existe plusieurs façons de procéder pour cultiver les pommes de terre, chacune présentant leurs avantages et leurs inconvénients. En voici, trois pour une culture au potager.

Points communs à toutes les méthodes : distance et amendement
Les distances de plantation sont communes à toutes les méthodes : 30 à 40 cm entre deux plants pour des pommes de terre primeures, 40 à 50 cm pour des pommes de terre de conservation ; 50 à 60 cm entre deux rangs.

L’amendement apporté à la plantation est également identique, la pomme de terre apprécie la potasse pour bien se développer. Un paillis de consoude au moment de la plantation lui sera très bénéfique. On peut également ajouter un peu d’engrais bio à base d’algues au moment de la plantation.

Consoude orties
La consoude, bien utile pour la culture des pommes de terre

La culture traditionnelle avec buttages
Il s’agit de la plus simple à mettre en place mais nécessite un travail important. Avant la plantation, la terre devra être décompactée assez profondément (sur environ 30 cm) à la grelinette par exemple. Par la suite, on ouvre un sillon profond de 10-15 cm dans lequel on place les tubercules aux distances indiquées ci-dessus, germes vers le haut (attention à la casse !), puis on referme et on paille avec une belle épaisseur.

Durant la suite de la culture, il faudra régulièrement buter les plants en enlevant le paillis et ramenant de la terre sur les plants puis replacer le paillis afin d’éviter que les tubercules n’émergent et ne verdissent. (maj avec commentaire de Fabrice : il est possible de former une butte dès la plantation des tubercules, évitant ainsi d’avoir à y repasser par la suite).

Les avantages de cette méthode

Ne nécessite que peu de matériaux
Le verdissement des tubercules est très limité
Les inconvénients

Nécessite de nombreuses interventions, avec un chamboulement du sol à chaque fois
Il faut retirer le paillis puis le remettre à chaque buttage

La culture de pommes de terre sous paille
Cette année, j’essaie cette méthode, las que je suis de devoir buter sans arrêt mes plants avec la méthode traditionnelle =). On part sur de même bases puisqu’il faut décompacter la terre sur environ 30 cm avec la grelinette. En antécédent, j’ai semé un engrais vert de phacélie qui a tenu tout l’hiver, la terre était déjà très belle et grouillait de vers à l’abri sous ce couvert dense. Ensuite, j’ai affiné grossièrement la surface au croc et râteau puis j’ai tiré un cordeau, pas de sillon à ouvrir, j’ai simplement posé mes tubercules en les enfonçant à peine dans la terre.

Dans cette méthode, les buttages sont remplacés par un épais paillis. 10 cm pour commencer et je compléterai au fur et à mesure de la croissance (par couches de 10 cm quand le plant dépassera de 20cm).

On peut remplacer la paille pour un compost demi-mûr en suivant la même méthode.

Les avantages

On ne travaille quasiment pas le sol
Pas d’efforts physiques à fournir
Les pommes de terre sont récoltées en écartant le paillis sans arracher le plant entier qui continue donc à croitre
Permet d’augmenter les rendements (apparemment d’une fois et demie pour la culture sous paille et de deux fois pour la culture sous compost) => Test en 2014 (comparaison culture sous paille et culture traditionnelle avec buttage) : rendement identique pour les variétés Bleue d’Artois et Désirée, deux fois moins sous paille pour les variétés Bintje et Sarpo Mira. Il faudrait néanmoins reconduire ce test pour des conclusions plus sûres.
Les inconvénients

Il semblerait que cette méthode soit plus sensible aux mulots => Vérifié en 2014, beaucoup de tubercules grignotés et de plants sectionnés.
Nécessite de grande quantité de matériaux (paille ou compost)

La culture de pommes de terre sous bâche plastique
La culture sous bâche se rapproche de celle sous paille sauf que cette dernière est alors remplacée par… Je vous le donne en mille : une bâche ! Vous ne vous en doutiez pas, hein ? Les distances de plantation sont toujours les mêmes de même que les distances inter-rangs. Ainsi, après avoir décompacté la terre, il faut poser dessus une bâche noire perforée dans laquelle seront découpés les trous de plantation. Les tubercules sont alors plantés à 10 cm de profondeur environ.

Les avantages :

La terre est réchauffée plus rapidement
Augmente les rendements à hauteur de la méthode sous paille
Pas d’interventions après la plantation
Les inconvénients :

Esthétisme douteux
J’ai toujours du mal à me résigner à employer le plastique au potager

Que ceux qui n’ont qu’un balcon ou une terrasse pour cultiver ne s’inquiètent pas, il est possible de cultiver ses pommes de terre hors-sol. J’ai testé la culture de pommes de terre en sac et je vous invite à lire les articles qui en découlent pour ceux que ça intéresse. J’ai obtenu des résultats mitigés mais je pense qu’il serait très facile de peaufiner la méthode pour obtenir de meilleurs rendements.

Et voilà, les pommes de terre sont plantées. Rendez-vous à la floraison pour les récoltes de primeures.

J’espère que cet article vous a été utile, un petit mot fait toujours plaisir !