Cultiver ses tomates sans craindre le mildiou

Par défaut

S’il y a bien une culture que tout jardinier a tenté, c’est la tomate je pense. Il s’agit vraiment d’un légume simple à cultiver, que ce soit au potager traditionnel, au balcon, en pots et vous gratifiant de belles récoltes. Seulement voilà, il existe un ennemi redoutable à la tomate : le mildiou. Les dégâts peuvent être considérables si ce champignon se propage et peuvent vous priver de toute récolte en un rien de temps. Le pire dans tout cela, c’est qu’il n’y a pas grand chose à faire une fois que celui ci à fait son apparition et qu’il est difficile de prévenir une attaque. Alors bien sûr, lorsque l’on parle de mildiou, on pense tout de suite à la bouillie bordelaise. Mais celle-ci, à l’efficacité remise en cause certaines années (sans que je n’ai pu comprendre pourquoi), présente des inconvénients qui font que je me suis fermement résolu cette année à ne plus l’utiliser. Je parle plus en détail de ces raisons dans un précédent article sur le traitement à la bouillie bordelaise. Craignant donc de laisser mes petits plants démunis, je me suis mis à chercher une solution alternative et voici ce que j’ai pu trouver.

La prévention avant tout

Partout, j’ai lu des billets qui n’ont fait que confirmer ce que je pensais déjà : mieux vaut prévenir que guérir. Une fois le mildiou installé, les efforts pour l’éradiquer devront être décuplés ! Il faut donc vraiment prendre la peine de penser au mildiou dès lors que l’on débute sa culture de tomates et insister sur deux points :

  • Obliger la plante à se fortifier : si vous semer vous même vos graines de tomates, vous aurez un avantage de poids face aux plants du commerce car vous pourrez contrôler leur croissance de la germination à la mise en terre. Et dès ce stade, il existe de petits gestes qui aideront vos plants à résister au mildiou plus tard comme les forcer à bien s’enraciner, les habituer progressivement aux conditions extérieures, …
  • Appliquer ponctuellement des solutions protectrices : une fois en terre, il semble possible d’aider la plante à se prémunir du mildiou en vaporisant des solutions protectrices. La décoction de prêle semble être efficace, de même qu’une solution à base de savon noir et de bicarbonate de soude (j’applique ce traitement depuis plusieurs années maintenant avec ou sans savon noir et cela semble retarder le mildiou ! ).

La guérison en cas de besoin

Si malgré cela, vos plants sont atteints, tout n’est peut être pas perdu et l’on sait maintenant qu’il est primordial d’intervenir très rapidement en supprimant les parties atteintes et en les brûlant ou compostant à chaud pour que les spores du champignon ne puissent se propager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *