L’automne au potager

Par défaut

Septembre est un mois charnière pour ma part au potager. Les jours raccourcissent, les vivaces se préparent à affronter l’hiver, les cultures d’été se terminent après nous avoir généreusement nourris et les emplacements se vident pour mieux se remplir à l’hiver ou pour attendre le printemps prochain.Bref, contrairement ce que l’on pourrait penser, fin de saison ne rime pas avec baisse d’activité au jardin. Celui qui le souhaite trouvera tout le loisir de profiter des dernières journées ensoleillées pour passer sa soirée à jardiner et oublier un temps les tracas de la rentrée !

C’est la fin des cultures d’été

Bien sûr, l’été est la saison de l’opulence. Le potager nous gratifie de belles récoltes à chaque fois que l’on s’y rend, parfois même trop belles pour être consommées immédiatement ! Mais oui, toute bonne chose a une fin et les cultures d’été s’essoufflent. Le mildiou se répand sur les tomates, les courges se couvrent du duvet blanc caractéristique de l’oïdium, les poivrons peinent à mûrir. Il faut savoir y lire le signe que la fin approche et surtout savoir se faire violence pour enlever tout cela. Se faire violence oui et je parle en connaissance de cause..J’ai longtemps attendu que mes dernières tomates prennent la peine de mûrir par exemple. Je me disais que tant qu’elles n’avaient pas le mildiou, je pouvais les garder. Mais force fut de constater que passé septembre, les tomates ne muriraient plus (hors serre) et qu’elles occupaient alors un espace qui aurait pu être mieux mis à profit par des cultures que l’on peut encore semer en septembre (épinards, mâche, roquette, navets, …). Alors, il faut se forcer à enlever ces plants encore sains et chargés de fruits immatures avant qu’il ne soit trop tard. D’autant qu’il est possible d’accommoder les tomates vertes de nombreuses manières !Et bien entendu, tout ceci est valable pour les courgettes, les aubergines et toutes les cultures d’été !

On bichonne les vivaces

En revanche, si les annuelles sont à enlever, les vivaces sont à protéger ! Certaines espèces sont très rustiques et encaissent facilement l’hiver toutes seules (comme la rhubarbe par exemple) mais d’autres ont besoin d’un petit coup de pouce. A l’automne, il est donc temps d’envisager de protéger les artichauts par exemple. C’est autant de temps gagné et donc de moins à passer dehors cet hiver !

On prépare les récoltes d’hiver et de printemps prochain

Même si en septembre-octobre la majeure partie des légumes ne peuvent plus être mis en place, il en est qui supporteront très bien de passer l’hiver dehors ! Mâches, épinards, roquettes mettront un peu de verdure dans vos assiettes tout l’hiver tandis que fèves, pois à grains ronds, ails, échalotes voire oignons auront tout le loisir de se développer pendant l’hiver pour gratifier de belles récoltes dès le début du printemps et jusqu’à l’été pour certains. Consulter mon calendrier pour savoir que semer en septembre.

On protège les parcelles non cultivées

Pour diverses raisons, on peut choisir de ne pas cultiver son potager l’hiver. Les plus frileux n’oseront pas mettre le nez dehors, certaines cultures n’auront pas le temps de produire avant le mois de mai et empêcheront donc de placer les cultures d’été ou alors simplement par manque de temps. Ce n’est pas un problème, toutefois il est primordial de ne pas laisser pour autant le sol livré à lui-même, à nu sous les pluies battantes d’automne et d’hiver. Le semis d’engrais verts hivernaux est une excellente pratique permettant de protéger le sol et les organismes qu’il abrite tout en le ressourçant. A défaut de pouvoir en semer, paillez au minimum avec une bonne couche de paille, feuilles mortes ou autres matériaux compostables de préférence !

 

Un paillis durant tout l’hiver permettra de protéger le sol et ses habitants des pluies et du gel, ils travailleront pour vous au printemps !

On nourrit

En plus de l’action des engrais verts et des paillis organiques, on peut profiter de l’automne-hiver pour reconstituer le taux d’humus de son sol, appauvrit par plusieurs mois de culture « intensive ». Un apport de compost est donc le bienvenu. Choisissez le jeune de préférence, il finira de se décomposer sur place et attirera ainsi une foule d’organismes indispensables

au bon épanouissement des cultures à venir.

On planifie

Personnellement, c’est en septembre que je conçois le plan de mon potager sur l’année à venir. J’opère sur 3 plans : un pour l’automne-hiver (de septembre à février), un pour le printemps (de mars à avril) et un pour l’été (de mai à août). Ainsi, je sais à quel endroit il me sera plus intéressant de cultiver un engrais vert d’hiver ou de printemps, si je dois mettre en place une culture d’hiver, des amendements particuliers en prévision d’une culture gourmande, …

On créée son potager

Enfin, l’automne est la saison idéale pour mettre en place son potager, même si ce n’est pas la période à laquelle on y pense le plus. C’est bien souvent en mars-avril, lorsque les jardineries commencent à proposer des plants de légumes que bon nombre de jardiniers débutants décident de commencer leur potager. Seulement, cela implique un travail important à fournir pour préparer la terre au printemps alors que c’est si simple en commençant à l’automne… Qui plus est, les résultats sont souvent assez médiocres car l’écosystème est complètement chamboulé et nécessite un certain temps pour se rééquilibrer, laissant alors la porte ouverte aux maladies et ravageurs de toute sorte. En opérant à l’automne, le potager dispose de tout l’hiver pour se remettre et est alors fin prêt à donner tout son potentiel au printemps ! Si l’aventure vous tente, je vous invite à consulter les différents articles du menu déroulant “Bien débuter” dans la barre au dessus de cet article !

 

Disposer des cartons sur une pelouse à l’automne permet de préparer un nouveau potager sans efforts !

Je vous le disais, il y a du travail pour ceux qui le veulent ! N’hésitez pas à laisser un petit commentaire pour enrichir cet article en nous disant ce que vous faites dans/pour votre potager en automne ! Merci d’avance à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *