[Conseil de Terre Vivante] Bien semer son engrais vert d’automne

Par défaut

En septembre, les parcelles commencent à se vider. Les cultures d’été s’essoufflent et les maladies s’installent, bref c’est le signe qu’il est temps de passer à autre chose. Pendant longtemps, les potagers étaient laissés à l’abandon de l’été au printemps suivant, livrés à eux même et la terre à nue. Ces pratiques sont désastreuses pour la bonne santé biologique des sols. Les pluies automnales tassent le sol et lessivent la terre entrainant avec elles de nombreux éléments nutritifs devenant indisponibles pour les cultures à venir, les gelées hivernales déciment les communautés de micro-organismes présents dans les premiers centimètres du sol, les vers de terre sont poussés dans leurs retranchements, … Bref, les sols souffrent. Pour éviter cela, le paillage systématique est très efficace et prend de l’ampleur dans nos potagers. Afin d’améliorer encore la protection des sols durant l’hiver et d’en profiter pour les régénérer la culture d’engrais verts mérite elle aussi de se répandre !

Les engrais verts d’automne

Ce type d’engrais verts (seigle, vesce d’automne, trèfle…) est nettement moins utilisé par les jardiniers amateurs que ceux de printemps. Ils sont généralement semés en fin d’été, ou au début de l’automne dans les régions les plus clémentes. Les graines germent et les plantes se développent un peu avant les grands froids et les premières gelées. Au printemps suivant, ces plantes non gélives recommenceront à pousser dès que les conditions climatiques redeviendront favorables. On obtient alors généralement assez vite une grande quantité de biomasse végétale.

Une bonne solution dans les régions où le printemps est court

Les engrais verts d’automne sont particulièrement intéressants dans les zones climatiques où la période qui sépare le début de la saison de végétation et la plantation des principales plantes du jardin (mi-mai) est relativement courte. C’est typiquement le cas en montagne, où il ne se passe que quelques semaines entre les premières températures clémentes (généralement autour de fin mars-début avril) et la dernière gelée tardive (mi-mai). Les engrais verts y ont donc peu de temps pour pousser avant la plantation des tomates ou des courges. En revanche, ceux qui ont germé et commencé à pousser durant l’automne précédent pourront continuer à se développer au printemps, dès le début de la saison de végétation. La quinzaine de jours (voire plus) ainsi gagnés à l’automne permettra d’obtenir au printemps une bonne quantité de biomasse végétale en peu de temps.

 

Seigle et vesce résistent bien au froid, ils attendront sagement le printemps pour redémarrer.

En pratique

Tout comme pour les engrais verts de printemps, il faut semer sur des planches qui n’accueilleront pas de cultures précoces au printemps suivant (fèves, petits pois, oignons, salades…). Cela implique d’avoir une idée de l’organisation du potager un peu à l’avance. Les étapes ultérieures de la culture des engrais verts d’automne, à savoir l’arrachage et l’enfouissement, se font de la même manière que pour leurs cousins du printemps.

Les modes de culture des engrais verts

Le choix du mode de culture des engrais verts dépend de la situation, de l’objectif et de l’envie du jardinier.

La culture dérobée

Elle se pratique avant ou après la culture principale. Une culture qui se termine tôt (pommes de terre, oignons…) ou qui commence tard (tomates, poireaux, oeillets…) laisse suffisamment de temps pour implanter un engrais vert respectivement avant l’arrivée de l’hiver ou au printemps. La culture dérobée est très utile dans les grands jardins où l’on dispose de suffisamment de place pour ne pas avoir à enchaîner rapidement deux cultures au même endroit. Il est aussi possible de la pratiquer autour des plantes vivaces qui démarrent tard en saison (gauras, asters…). L’engrais vert sera fauché lorsqu’elles auront besoin d’espace pour se développer. Enfin, pour ceux qui manquent de temps ou qui ont vu trop grand pour leur premier potager, c’est aussi un très bon moyen d’occuper et de protéger le sol le temps de trouver son rythme.

 

Semis pour la culture dérobée : des gestes amples pour bien répartir les graines.

La culture intercalaire

Elle se pratique entre les rangs ou directement sous la culture principale. Ainsi, en plus de la récolte, on tire les bénéfices de l’engrais vert. Un exemple classique consiste à semer de l’engrais vert sous les tomates en fin d’été. Sur les planches de légumes d’hiver, il est possible de semer en fin d’été de l’engrais vert entre les rangs. Les poireaux et les choux supportent très bien ce genre d’associations. Pour les plus courageux, les allées du jardin peuvent aussi être ensemencées en fin de saison.Dans ce cas, une culture vivace occupe le terrain pendant 1 an ou plus. Cela permet de fertiliser la terre (en particulier pour les sols pauvres), de préparer un futur potager ou de créer une belle jachère fleurie. On fauchera l’engrais vert une ou deux fois durant la saison. En cas de besoin, il pourra servir de fourrage pour les animaux ou de source de matière végétale pour du compost ou un paillis. Ainsi récolté, l’engrais vert laissera un important système racinaire pour enrichir le sol en matière organique, 15 à 30 % de sa biomasse se trouvant au niveau des racines.

 

En fin de saison, le jardinier installe son engrais vert en culture intercalaire au pied des courges.

Type de jardin Pratique dominante Périodes de semis
Potager Culture dérobée ou intercalaire Printemps, été, automne
Fruitier Culture pérenne Toute saison
Ornemental Culture intercalaire Printemps ou automne

Je sème des engrais verts

Le texte et les images précédents sont tirés du livre « Je sème des engrais verts » de Pascal Aspe, aux Editions Terre Vivante. Cliquez sur la couverture ci-dessous pour obtenir accès à des pages supplémentaires sur la boutique Terre Vivante !

Les engrais verts sont un peu la panacée du jardinier bio ! Aisés à cultiver, ils protègent le sol, le fertilisent, l’ameublissent, le nettoient des « mauvaises herbes » et attirent les indispensables insectes pollinisateurs. Responsable des jardins de Terre vivante, Pascal Aspe, explique pas à pas quels engrais verts choisir selon son type de sol. Les différents modes de culture sont déclinés pour chaque type d’engrais (engrais verts de printemps, d’automne, etc.). Avec un zoom sur neuf engrais verts : phacélie, moutarde, seigle, veisce, avoine, trèfle, sarrasin, sainfoin et luzerne.En librairie le 25 janvier 2013 – 96 pages – 12 € – Collection Facile & bioPascal Aspe est docteur en biologie et chef jardinier de Terre vivante.Photographies de Jean-Jacques Raynal.

        Pratiquez vous les semis d’engrais verts? Comment procédez vous? Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire en répondant à ces questions ou pour tout autre sujet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *