Un jardin en ville

Par défaut

Dans le cadre de l’opération «Jardin en ville » lancée par, la commune d’Évry, un jardin partagé permet désormais aux habitants des Épinettes, d’Evry Sud et d’Evry Centre de faire pousser des légumes à deux pas de chez eux, selon des méthodes écologiques.

À l’extérieur du Jardin en partage, le long de la rue Charles-Fourier et du parking, la Ville d’Évry e planté huit jeunes arbres fruitiers cerisiers, pommiers, poiriers et pruniers. Leurs fruits seront librement accessibles aux passants. Mais, patience, il faudra attendre au moins trois ans avant que ce verger urbain arrive à maturité…

Des carottes et des poireaux à deux pas de Télécom SudParis… La création d’un jardin partagé de 200 m2 rue Charles-Fourier, à Évry, en mars dernier, est tout un symbole: celui du retour au naturel pour rééquilibrer la sophistication technologique de notre société. Ce « Jardin en partage », comme l’ont baptisé ses membres, est l’un des huit projets retenus dans le cadre de l’opération « Jardin en ville» conduite par Évry (lire encadré). Il résulte d’une réflexion commune au sein des conseils de quartier des Épinettes, d’Évry Sud et d’Évry Centre, à la croisée desquels il est situé.
Ses deux parcelles cultivables (550 m2 au total) seront exploitées collectivement par 29 Évryens, dont certains n’ont encore jamais approché une bêche ou un arrosoir. Pas grave: un « comité d’experts» sera à leur côté pour leur apprendre les méthodes de culture. Des techniques naturelles uniquement car les pesticides et les engrais non autorisés en agriculture biologique sont exclus de cet espace, comme le veut d’ailleurs la charte du Jardin en ville.
« Notre but est defaire découvrir le vrai goût des légumes qui ne sont pas calibrés… » souligne Christian Dron, coordinateur de l’association RERS (Réseau d’échanges réciproques de savoirs) d’Évry Centre Essonne, qui gère le jardin. Certaines cultures seront privilégiées : les simples (des plantes aromatiques comme la sauge, le thym … ), les légumes anciens du type panais, rutabagas, courges spaghettis, de même que les fleurs pour leur influence bénéfique sur le maraîchage. Mais aussi des végétaux plus classiques : carottes, radis, salades, poireaux… Les larges allées ainsi qu’un carré surélevé rendent les activités de jardinage accessibles aux personnes handicapées en fauteuil.

Pour répartir le travail, un planning précis a été établi en fonction des préférences de chacun, un carnet de bord faisant le point des travaux exécutés ou en cours. Quant aux récoltes, elles seront bien sûr partagées!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *