Les jardins partagés

Par défaut

Manger des fruits et légumes fraîche¬ment cueillis est un plaisir que peu de citadins peuvent généralement goûter.
Heureux, les possesseurs d’un jardin… Ils peuvent faire pousser les légumes qu’ils veulent, manger bio à volonté en adoptant un mode de culture naturel et sain, sans produits chimiques, redécouvrir des variétés anciennes… Plus difficile quand on habite dans un appartement. Même s’il est aussi très réjouissant de créer un petit bout de potager en pot sur son balcon ou un coin de fenêtre.
Plusieurs communes de l’agglomération mettent à la disposition de leurs habitants des espaces dédiés au jardinage. Des jardins familiaux ou jardin partagés comme à Ris-Orangis et Courcouronnes et bientôt Bondoufle. Des jardins partagés comme à Évry. À Lisses, il y a quelques années, on a même planté des légumes dans les jardinières de la commune I Expérience qui préfigurait les multiples opérations de ce type aujourd’hui en France.
Les occupants des jardins familiaux et des jardins partagés sont incités à cultiver leur potager de manière à respecter l’environnement. L’apprentissage des techniques naturelles est l’occasion de riches échanges entre les jardiniers. Autour de ce qui devient vite une passion commune, on apprend à s’entraider, mais aussi à se connaître, à se respecter… Une expérience du vivre ensemble et de la convivialité que l’on peut encore faire dans les villages, entre voisins dont les jardins sont mitoyens, mais qu’il est plus difficile de partager dans les villes.
Bonheur pour les yeux, plaisir pour les papilles, un potager au pied des immeubles, c’est aussi une poche de nature, un poumon vert qui nous apporte de l’oxygène et favorise la biodiversité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *