Quand et comment semer les haricots ?

Par défaut

Parmi les grands classiques du potager, le haricot tient une place d’honneur. Facile à cultiver, très productif, et comportant de nombreuses variétés, chacun y trouvera son bonheur pour manger en sec (à écosser) ou en frais (mangetout). Si l’esthétique de votre potager est important pour vous, alors vous trouverez chez le haricot un allié de choix pour l’embellir. N’hésitez pas à jouer sur les couleurs avec des haricots violets, beurres ou verts, et sur les hauteurs en alternant variétés naines et grimpantes. Ajoutez à cela le fait que le haricot, en bonne fabacée, participe à enrichir le sol grâce à ses nodosités qui figent l’azote aérien et il devient indispensable à tous les jardiniers ! Bref, chez moi, le haricots c’est tous les ans !

Quelles variétés choisir ?

Les très nombreuses variétés de haricots que l’on peut maintenant trouver ne facilite pas la tâche du potagiste ! Sachez toutefois que l’on peut les séparer en deux groupes pour lesquels le mode de culture sera légèrement différent :

  • Les variétés naines : les plus courantes. Leur port buissonnant, dépassant rarement les 40 cm de haut, permet de les cultiver facilement et partout.
  • Les variétés à rames : grimpantes, elles peuvent atteindre facilement les 3 m de haut. Il est donc indispensable d’installer des structures, les fameuses rames, permettant de les guider dans leur ascension. En contrepartie, elles sont plus productives !

De plus, qu’ils soient nains ou à rames, les haricots peuvent se consommer différemment selon la variété :

  • Mangetout : consommés jeunes, comme leur nom l’indique, on mange l’ensemble du haricot, graines et enveloppe. C’est l’image traditionnelle du haricot vert.
  • A écosser : ici, la consommation s’effectue à complète maturité des grains. Il faut donc retirer l’enveloppe, devenue immangeable pour ne consommer que les grains. C’est l’exemple du fameux Coco paimpolais, du haricot rouge ou encore de la Mogette de Vendée.

A quelle période faire son semis de haricot ?

Si la culture du haricot est simple, l’étape du semis peut parfois poser quelques soucis. Pour que la future culture soit belle, il est primordial que les haricots germent rapidement, soyez donc attentionnés sur le semis et ensuite ça roulera tout seul ! Pour germer correctement, le haricot a besoin d’une température du sol supérieure à 15°C, en règle générale on sème donc :

  • Les variétés mangetout d’avril à août dans les régions du sud et de fin mai à juillet dans les régions plus fraîches
  • Les variétés à écosser d’avril à début juillet au sud et de fin mai à fin juin au nord

Le semis pas à pas

Les haricots ne nécessitant aucun amendement, ils peuvent prendre place en fin de rotation. La température du sol devant être suffisamment élevée (15°C comme je vous le disais), j’écarte mon paillis 2 à 3 semaines avant de réaliser mon semis. En cas de semis précoces, le simple fait de retirer le paillis peut ne pas suffire, il faut donc ajouter une bâche ou un tunnel pour aider son sol à se réchauffer.Passant progressivement à un jardinage sans travail du sol, je n’ai presque pas besoin de préparer ma terre avant le semis. Un simple coup de croc suffit à émietter la surface pour obtenir une levée plus homogène. En revanche, si vous savez votre sol compacté, il vous faudra passer un coup de grelinette pour aérer et décompacter le sol en profondeur avant de préparer le lit de semence avec un croc.Ensuite, la méthode de semis des graines va différer selon que l’on cultive des variétés naines ou bien à rames.

Variétés naines

Deux écoles existent dans le semis des variétés naines (qu’elles soient mangetout ou à écosser).

  • Semer en sillons : j’ai toujours procédé de cette manière car je la trouvais plus simple à mettre en place. Il s’agit de creuser des sillons de 2-3 cm de profondeur espacés d’environ 40 cm, d’arroser copieusement le fond (il est préférable d’arroser avant de semer) puis d’y déposer une graine tous les 5-8 cm.
  • Semer en poquets : cette année, j’ai décidé de comparer les deux méthodes car je pense que le semis en poquets présente l’avantage d’éviter les trouées que l’on peut avoir en semant en sillons si certaines graines ne lèvent pas. Je reviendrai faire part de mes observations =). Selon cette méthode, on sème donc un lot de 5-6 graines tous les 30 cm en tous sens dans des poquets que l’on aura au préalable bien arrosés. Sur deux rangées, les poquets sont placés en quinconce.

Semis haricots poquets (1)

Variétés à rames

Chez les variétés à rames, une seule école, le poquet. Je vous conseille d’installer vos rames avant de semer, cela vous permettra de placer vos poquets au bon endroit et d’éviter d’abimer les graines en plaçant les rames. Deux rangées de rames sont alors espacées de 70 cm et chaque rame est distante de 50 cm d’une autre sur une même rangée. Une fois les rames bien installées, il suffit de semer un lot de 6-7 graines au pied de chacune d’elles à 2-3 cm de profondeur, dans des trous arrosés au préalable à nouveau.

La suite de la culture est très simple, un buttage pour ramener de la terre au pied des plants lorsqu’ils ont atteint une vingtaine de centimètres puis un paillis de 10 cm après le buttage. Il n’y a plus qu’à attendre les récoltes en arrosant si nécessaire !

Une petite astuce

Je vous le disais, la réussite de la culture des haricots réside dans une germination rapide. C’est pourquoi de nombreux jardiniers conseillent de faire tremper les graines toute une nuit dans l’eau afin d’activer la germination. Jusque là, cette méthode m’avait toujours bien réussi, mais l’année dernière tous mes semis pré-trempés n’ont pas levé, probablement ont-ils pourri en terre. J’ai donc fait un semis sans pré-trempage qui, lui, a très bien levé. Cette année donc, en plus de comparer le semis en sillons de celui en poquet, je vais comparer un semis pré-trempé et un non ! En attente des résultats =).

Et chez vous, poquets ou sillons? Pré-trempage ou pas?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *