Pourquoi cultiver sous serre ?

Par défaut

Je ne connais pas un jardinier qui n’ait pas un jour, secrètement ou non, rêvé de posséder une serre. Il y règne une ambiance chaleureuse et l’impression de pouvoir y réussir tout ce que l’on entreprend. J’ai moi aussi longtemps souhaité acquérir une serre mais sans véritablement oser sauter le pas, le coût étant quand même assez élevé. Et puis à force de lire vos questions sur les serres, de voir votre envie d’en savoir plus sur ce mode de culture que je ne connais pas bien, j’ai finalement succombé à la tentation. Pour pouvoir vous renseigner sur la base de mon expérience, mais aussi un peu pour moi bien sûr  =).Je me suis donc équipé d’une serre que j’ai achetée en ligne sur www.serre-en-direct.fr, un fournisseur qui m’a paru sérieux et qui vend des serres fabriquées en France, ce qui était un critère important pour moi. Je reviendrais sur cet achat dans un prochain article, mais je peux vous dire que j’hésitais un peu à acheter quelque chose à ce prix-là par correspondance. Au final, tout s’est très bien déroulé !Je n’ai pu la monter qu’à l’automne donc elle n’héberge qu’un semis d’engrais verts pour le moment mais elle sera opérationnelle à la saison prochaine ! C’est pourquoi j’ai souhaité faire de mon « essai serre » le fil rouge de la saison 2015. J’espère que vous serez nombreux à le suivre et surtout nombreux à témoigner de vos expériences dans les commentaires ! Avançons ensemble !Pour en venir au sujet premier de cet article quand même, j’ai suivi en 2014 (d’assez loin malheureusement) une culture sous serre de tomates, poivrons, aubergines et courgettes. La réussite de cette culture a fini de me convaincre de m’équiper moi-même et je souhaitais vous faire part de mes observations sur la nécessité de cultiver sous serre.

Les raisons de cultiver sous serre

Réussite d’une diversité de culture

La vocation première d’une serre est de créer un microclimat différent de celui extérieur. La température augmentera plus rapidement dans une serre et les gelées surviennent lorsque les températures extérieures sont largement négatives. Cela offre donc la possibilité de cultiver plus facilement des légumes exigeants en chaleur et/ou à cycle long.Ainsi, même s’il est possible de cultiver poivrons et aubergines en extérieur, y compris chez moi en Bretagne, les récoltes sont bien différentes sous serre. Rendement et précocité sont grandement améliorés. Je n’ai malheureusement pas encore de photos à vous montrer pour témoigner de ces différences, mais j’ai pu observer des pieds d’aubergines monstrueux sous serre alors qu’ils ont toujours été un peu frêles en extérieur chez moi, pourtant cultivés dans des conditions assez identiques.

Saison allongée

De plus, l’allongement de la période de climat favorable à la culture permet d’étaler la récolte. Il n’est par exemple pas rare de voir des tomates produire encore en octobre-novembre sous serre. Voire même en décembre pour cette année ! Certes, les goûts ne sont plus tout à fait aussi intenses mais cela reste nettement supérieur à ce que l’on nous propose en supermarchés.De plus, une utilisation parfaitement maitrisée de sa serre permet au jardinier de semer précocement pour repiquer en extérieur ou encore de conserver des légumes en jauge à l’abri du gel par exemple.

Protection des maladies

C’est sans doute la raison première qui m’a fait me questionner sur l’utilité d’une serre. En Bretagne, mais aussi dans de nombreuses autres régions, certaines cultures pourtant faciles comme la tomate souffrent des conditions climatiques parfois incertaines. Les pluies estivales ont vite fait de faire émerger des maladies comme le terrible mildiou. Et là, bonjour les dégâts. Alors, on bricole des petits toits au-dessus de nos précieux plants, c’est efficace mais on n’atteint quand même pas l’efficacité d’une serre sur ce point.Toutefois, il ne faut pas se méprendre, la serre ne fait pas tout. Une culture sous serre mal conduite peut être tout autant, voire plus, sujette aux maladies !

Meilleures productions

C’est un fait, malgré tous les bons soins que l’on peut apporter aux plantes, sous serre certaines tirent leur épingle du jeu et nous gratifient de récoltes bien plus impressionnantes qu’en pleine terre ! C’est notamment le cas pour les cultures citées précédemment (poivrons, aubergines, tomates, …). La chaleur d’une serre leur permet de mettre à fruit plus précocement et plus longtemps et nécessairement les récoltes s’en ressentent !

Jardiner sous la pluie

Enfin, ça peut paraître un peu futile mais une fois que vous y aurez gouté vous ne pourrez plus vous en passer, on peut jardiner sous la pluie en version tout confort ! C’est un petit plaisir auquel j’ai pu gouter mais pas assez à mon sens et j’ai hâte de pouvoir le reproduire encore et encore =).

De bons résultats, mais quelques inconvénients et une pratique à apprendre

Coût

C’est le vrai inconvénient d’une serre pour moi, il faut y mettre le prix. Les commerçants ont voulu surfer sur le phénomène et ont donc conçus des serres bas de gamme à faible coût (et encore, faible coût c’est vite dit parfois). Surtout passez votre chemin ! Il est strictement inutile d’investir dans une serre en toc à pas trop cher qui ne vous fera qu’une saison ou deux ! Mieux vaut attendre encore quelques années et vous offrir quelque chose qui tienne vraiment la route.

Pratique à maitriser

La serre a beaucoup d’avantage et elle est très séduisante, mais ne croyez pas qu’il suffit de planter quelque chose dessous pour obtenir des kilos de légumes. Cultiver sous une serre est une pratique à part entière qu’il faut apprendre à maitriser. Des déconvenues seront au programme et c’est tout à fait normal (je pense que vous le verrez l’année prochaine chez moi), ne désespérez pas, comme pour tout cela vient avec le temps.

Arrosage

S’il est bien un point qu’il faut surveiller sous serre, c’est l’arrosage. Fini la pluie, sous une serre les seuls apports d’eau qu’il y aura seront ceux que vous effectuerez. Donc n’oubliez pas d’arroser même en hiver s’il n’y a pas de cultures, la vie du sol en a besoin. Un arrosage automatique sera sans doute à prévoir. De mon côté, j’y réfléchis pour vous proposer quelque chose d’adapté sans que vous ayez à vous casser la tête.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Un article un peu dense, mais il me fallait poser les bases ! Alors, si vous aussi vous cultivez sous serre, laissez un petit message pour témoigner des avantages et des inconvénients que vous avez pu relever !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *