Récolter les graines de légumes : tomate

Par défaut

Cette année, ce n’est pas folichon au niveau des tomates et c’est l’occasion de vous dire qu’il faut penser à recueillir ses graines dès les premières tomates. Je lis souvent que les graines se récoltent en fin de saison car le fait de laisser mûrir les fruits longtemps pour que les graines parviennent à maturité retarde la production d’autres fruits. Certes, cela retarde un peu mais attendre la fin de saison c’est s’exposer au risque d’une maladie, d’un évènement climatique ou tout autre évènement qui pourrait ruiner votre récolte. Alors mieux vaux être prudent et commencez tôt.

Maintenir la pureté variétale

Les tomates sont en grande majorité autogames (excepté quelques variétés), il n’y a donc en théorie rien à craindre concernant les hybridations. Toutefois, ces dernières ne sont finalement pas si rares, d’autant plus dans les potagers bios où les insectes foisonnent ! Donc pour maintenir la pureté variétale de vos plants je vous conseille de couvrir les fleurs destinées à la production de graines avant leur ouverture. Pour cela, un vieux bas, un sachet bricolé avec du voile P17, un sachet à dragées, bref tout sachet à maille fine … fait très bien l’affaire.

Récolte des graines

J’opère sur un fruit bien mûr, comme toujours, pour que les graines soient complètement matures et je choisis un beau fruit, fidèle à la variété que je souhaite conserver. Ensuite, j’extraie les graines et le jus de la tomate dans une tasse. Parfois les variétés très charnues n’ont presque pas de jus et dans ce cas j’ajoute simplement un peu d’eau. Le but étant que les graines soient submergées. En général, une tomate suffit mais après c’est selon le nombre de graines dont vous avez besoin !

Fermentation

Une fois extraites, je laisse les graines fermenter quelques jours à l’air libre, le temps qu’une moisissure se forme à la surface. Attention à ce que les graines soient toujours sous l’eau ! La fermentation va permettre de débarrasser facilement les graines de la pulpe qui les entoure et qui pourraient gêner leur conservation.

Nettoyage

Lorsque les graines semblent bien débarrasser de leur pulpe je retire la moisissure de surface puis rince abondamment les graines à l’eau claire. Un petit tamis, ou chinois, fait parfaitement l’affaire.

Séchage

Enfin, je laisse sécher mes graines de tomates sur une coupelle ou une feuille de papier sulfurisé (papier de cuisson). Il ne faut surtout pas utiliser d’essuie tout sur lequel les graines vont se coller, c’est une vraie horreur pour s’en débarrasser ensuite. Je compte à peu près deux semaines pour qu’elles soient complètement sèches durant lesquelles je remue régulièrement pour que les graines ne collent pas ensemble. Et voilà, il n’y a plus qu’à stocker le tout à l’abri de la lumière dans un endroit frais et sec (comme à chaque fois pour les graines). Ainsi récoltées, les graines se conservent entre 5 et 10 ans.

Rajeunir sa fraiseraie

Par défaut

L’automne va bientôt arriver et chez moi c’est synonyme de plantation. C’est en effet la meilleure période pour planter les petits fruitiers qui vont bénéficier d’un sol réchauffé leur permettant d’établir un bon système racinaire avant l’hiver. Et avec un peu de chance, les premiers fruits devraient être présents dès l’été prochain.Cette année, mes fraisiers ont donné un peu moins que l’année dernière. Il faut dire qu’ils commencent à se faire vieux, il faut donc rajeunir tout cela. L’avantage avec les fraisiers, si la variété convient, c’est qu’il n’y a pas besoin de racheter pour avoir de nouveaux pieds ! Les plants de fraisiers ont une incroyable faculté à se multiplier par le moyen de tiges aériennes, appelées stolons, sur lesquelles vont s’enraciner de nouveaux plants. Profitons donc de cette manne.Avant tout, je commence par préparer le matériel dont j’aurais besoin : quelques godets en plastique (les godets en plastiques sont mieux que ceux en tourbe qui se dégraderaient trop rapidement) et un mélange à parts égales de compost et de terreau (à géranium, c’est l’idéal mais un terreau universel convient très bien).Ensuite, je fais un peu de ménage dans ma fraiseraie. Ca ne fait pas de mal et on y voit plus clair. Je coupe donc les tiges qui ont porté les fraises dévorées cet été, les feuilles fanées et j’en profite pour retirer les éventuelles plantes indésirables. Ensuite, je sélectionne les plus beaux stolons. Vu le nombre de nouveaux plants en formation, inutile de conserver les plus petits. Cependant, si vous trouvez que les plus gros plants ne suffisent pas vous pouvez aussi garder les plus petits. Ils seront simplement plus longs à s’établir et à produire.Je remplis mes godets avec le mélange compost-terreau puis y plante les fraisiers en formation le long des stolons sans les couper. Si le plant ne reste pas dans le godet (à ce stade là, les racines ne sont pas toujours bien formées) il est possible de le maintenir avec une « agrafe » fabriquée en fil de fer. Enfin, le mieux est d’enterrer le godet pour limiter les pertes d’eau et donc les arrosages. Si le godet le permet, une petite couche de paillis et il ne reste plus qu’à laisser s’enraciner le plant convenablement.D’ici 2-3 semaines environ je sèvrerais les pieds en coupant les stolons puis courant octobre je planterais ces nouveaux fraisiers à leur emplacement définitif. Résultat : 19 nouveaux fraisiers sans rien dépenser :).Et vous, multipliez vous vos fraisiers vous même? Comment procédez vous? Tiens, j’en profite aussi pour vous demander quelles variétés de fraises cultivez vous?

Que semer, planter et comment entretenir son potager en septembre

Par défaut

Cet article est co-écrit avec Yannick du blog au-potager-bio, voilà pourquoi vous trouverez des liens menant également vers son blog dans cet article.Après les récoltes foisonnantes de juillet et août, l’activité est quelque peu réduite au potager en septembre mais il y a encore de quoi faire pour ceux qui le souhaite. Voici donc un petit guide pour ne rien oublier. Je l’ai volontairement réduit au strict minimum pour simplifier et alléger la lecture, vous trouverez des informations complémentaires dans les liens vers les fiches légumes notamment si vous le souhaitez (celles qui ne sont pas encore disponibles, le seront prochainement).Les semis

  • Ansérine Bon Henri : Le semis de cette vivace se fait en place, tous les 20 cm en ligne espacées de 30 cm
  • Carotte : Semer directement en place, en ligne, en préférant des variétés telles que « De hollande » ou encore la « Demi-longue de Carenta ». Pensez à éclaircir en gardant les plus belles pousses
  • Cerfeuil : C’est la dernière occasion cette année pour le semer, en lignes très éclaircies
  • Chou pommé de printemps : On peut dès maintenant commencer les semis de choux, en godets ou minimottes, à condition de les garder en intérieur
  • Coriandre : Ce sont les derniers semis de l’année pour cette aromatique que l’on sème à la volée
  • Epinards : Les semer en ligne à 1 centimètre de profondeur en les espaçant tous les 10 centimètres. Il tolère la présence de la carotte, du céleri, celle du chou, des pommes de terre, des radis, ainsi que des salades
  • Laitue (d’hiver) : La semer sous châssis, sous cloche ou encore sous tunnel. Elle peut être semée près des fraisiers, des carottes, poireaux, radis…
  • Mâche : Terminez vos semis de mâche pour l’année en semant à la volée sous protection contre les premiers froids
  • Navet : Semer en ligne et directement en place des variétés d’hiver (De Nancy, Blanc dur d’hiver, Jaune boule d’or) espacées d’une trentaine de centimètre entre les lignes
  • Oignon blanc : Ce sont les derniers semis de l’année, pour une récolte hâtive l’année suivante. Semer directement en place ou alors en pépinière, en ligne ou en poquet, en recouvrant à peine les graines.
  • Roquette : Pour la roquette aussi ce sont les derniers semis pour l’année. Semer à la volée sous protection contre les premiers froids
  • Sauge : Encore une fois, derniers semis possibles cette année. Ils seront fait en pleine terre et en poquets distants de 20 cm minimum
  • Origan : Un peu sensible au froid , mieux vaut le semer sous une protection en poquets distants de 40 cm
  • Les plantations

  • Fraisiers : en fin de mois, c’est le début de la période idéale pour planter les fraisiers, profitez-en pour les multiplier et rajeunir votre fraiseraie si vous avez déjà une variété qui vous convient sinon plantez les premiers fraisiers en godets. Le fraisier étant exigeant, faites le succéder à une culture enrichissante (haricots, pois, …) ou bien un engrais vert semé en juillet-août
  • Hysope : très peu exigeante, cette médicinale peut succéder à n’importe quelle culture et restera en place plusieurs années, profitez en pour la faire succéder à une culture épuisante pour le sol (courges, tomates, choux, …)
  • Gros oignons (jaune ou rouge) : Evitez de plantez les caïeux à la suite d’une culture de pomme de terre ou de légumineuses qui limitent son développement
  • L’entretien à apporter aux cultures en place

  • Aromatiques et médicinales vivaces : diviser les souches d’absinthe, d’hysope, de mélisse, d’origan, de sarriette et de thym
  • Endive : débutez leur forçage en arrachant les endives et en repiquant les chicons en cave après avoir coupé l’ensemble des feuilles (plus d’information chez Yannick)
  • Poireaux : butter les poireaux au moins jusqu’à la base des premières feuilles pour favoriser le blanchiment des fûts
  • Choux : butter les variétés à pommes pour les renforcer
  • Tomates, aubergines, piments/poivrons et courges d’été : pincer les tiges pour favoriser la maturation des derniers fruits avant l’arrivée de l’hiver
  • Que semer, planter et comment entretenir son potager en novembre?

    Par défaut

    Novembre sonne définitivement la fin des cultures estivales et rime avec protection des vivaces. Malgré tout, il reste encore des choses à faire pour ceux qui oseront mettre le nez dehors malgré le froid !

    Les semis

  • Ansérine Bon Henri : Si vous souhaitez en profiter dès l’année prochaine alors c’est le dernier moi pour semer cette vivace. Toujours à faire en place, tous les 20 cm en ligne espacées de 30 cm
  • Engrais verts : Pour éviter de laisser des parcelles à nues, les engrais verts sont ce qu’il y a de mieux. Profitez de novembre pour semer sur les parcelles vides car à la fin du mois ce ne sera plus possible. Essayez de varier les espèces semées pour varier les apports et les bénéfices au potager !
  • Fève : A condition de vivre dans une région aux hivers doux, le semis de novembre peut être (très) avantageux. Les plants, très précoces, seront ainsi productifs avant l’arrivée des pucerons
  • Les plantations

  • Ail : A réserver aux régions aux hivers très doux et à condition que le sol ne soit pas gelé. Planter sur butte pour assurer un bon drainage et éviter le pourrissement des caïeux (plus d’informations sur la plantation de l’ail)
  • Arbres et arbustes fruitiers : Les petits fruitiers (cassissier, framboisier, groseillier) et les arbres fruitiers (à pépins et à noyau) trouvent leur place au potager en novembre. Ils ont ainsi le temps de développer leurs racines avant les grosses gelées et pourront produire (en quantités limitées) dès le printemps prochain.
  • Fraisiers : Si vous n’avez pas eu l’occasion de planter le mois dernier, dépêchez vous de le faire avant la fin du mois. Profitez en pour rajeunir votre fraiseraie si vous êtes satisfaits des variétés cultivées.
  • Hysope : Ce sont les dernières plantations de l’année à effectuer à 50 cm de distance pour laisser la place de former un petit buisson.
  • Rhubarbe : Les éclats de souche sont mis en terre à condition que le sol ne soit pas gelé. Pensez à pailler abondamment dès la plantation !
  • L’entretien à apporter aux cultures en place

  • Aromatiques et médicinales vivaces : diviser les souches de mélisse, de menthe et d’origan
  • Endive : Terminez le forçage des endives en repiquant les derniers chicons en cave après avoir coupé l’ensemble des feuilles (plus d’informations chez Yannick)
  • Poireaux : continuer à les butter au moins jusqu’à la base des premières feuilles pour favoriser le blanchiment des fûts
  • Choux : continuer à butter les variétés à pommes qui n’ont pas encore été récoltées pour les renforcer
  • Arbres et arbustes fruitiers : maintenant qu’ils sont entrés en dormance hivernale, c’est le moment idéal pour débuter les tailles
  • Et vous, que faites vous en novembre au (ou pour le) potager?

    Que semer, planter et comment entretenir son potager en mars?

    Par défaut

    Vous l’attendiez tous, le voilà ! Le mois de mars arrive enfin et voyez comme la nature est bien faite, on n’a mis que 28 jours en février pour éviter de vous faire trop attendre. Bon peut-être n’êtes vous pas aussi enthousiastes que moi à l’arrivée de mars, mais pour moi il est synonyme de la grande reprise du potager que j’attends depuis l’hiver.. Alors on retrousse ses manches, branle bas de combat dans les mini serres, les godets, le terreau et semez !Comme la liste s’allonge et qu’il ne faut rien oublier, avec Yannick du blog au-potager-bio nous vous proposons comme tous les mois notre calendrier du potager. Pour plus de clarté, j’ai choisi de diviser les semis selon qu’ils devront être fait en intérieur ou non, si cela ne vous convient pas n’hésitez pas à me le dire !

    Les semis en intérieur, avec chauffage

    Ces petits capricieux ont besoin d’une température élevée pour germer et même le confort de votre intérieur ne suffit pas, il leur faut environ 25°C. Il existe différentes méthodes pour cela, mais si vous le souhaitez je vous en explique deux plus précisément : le scottex et l’enceinte de germination. Vous pouvez aussi voir mon article sur les premiers semis en intérieur ou celui de Yannick. Prévoyez un éclairage artificiel pour que vos semis ne filent pas et vous pourrez donc semer :

  • Aubergine (voir comment semer les aubergines)
  • Melon
  • Physalis
  • Piment (en savoir plus sur le semis de piments et poivrons)
  • Poivron
  • Les semis en intérieur, sans chauffage

    Pour ces variétés, le simple chauffage de votre maison leur suffira à germer. En revanche, il vous faudra les surveiller régulièrement et si vous voyez qu’ils commencent à s’allonger anormalement, placez les vite sous éclairage artificiel : la lumière leur manque !

  • Absinthe : en godet en recouvrant très peu les graines
  • Aneth : en plus, les graines sentent bon !
  • Artichaut : après mars, il sera trop tard. Optez pour les godets de préférence
  • Basilic : semez les par 5 dans des godets assez larges
  • Bourrache : semez en godets et éclaircissez rapidement car la bourrache devient vite monstrueuse
  • Cardon : comme son cousin l’artichaut, en godets
  • Cèleri branche et rave : ne désespérez pas de ne pas les voir lever, ils aiment se faire attendre
  • Choux brocoli, de Bruxelles, rave et fleur : c’est le moment pour les variétés d’été et d’automne
  • Concombre et cornichon : il s’agit là d’un semis précoce, les plants sont destinés à une culture sous serre
  • Coriandre : de la même manière que le basilic !
  • Fenouil bulbeux : encore un semis précoce avec un risque de monter en graines en fin de printemps, mais il vaut le coup d’être tenté
  • Hysope : terrine ou godets, il n’est pas difficile
  • Oeillet d’inde : semez en un grand nombre, il vous seront utiles au potager !
  • Oignons blancs : en petits poquets, ils seront transplantés tels quels au potager par la suite
  • Poireaux : préférez semer en terrine pour eux et soyez patients
  • Pois de senteur : pour ceux qui souhaitent réellement hâter leur floraison, sinon mieux vaudra semer directement en place au mois prochain
  • Rhubarbe : préférez tout de même la plantation au semis
  • Salades : prenez un peu d’avance en semant à l’intérieur, la mini motte est un contenant parfait
  • Tétragone : comme pour les salades, le semis en mini mottes est parfait pour la tétragone à cette période
  • Tomate : enfin les tomates ! Pour elles la question de l’éclairage artificiel ne se pose pas, il est quasi indispensable. Voir comment bien semer les tomates.
  • Thym : semez dense en pot pour ne garder que quelques plants par la suite. Attendez qu’ils soient suffisamment forts pour les repiquer.
  • Verveine
  • Les semis en pleine terre

    Il est difficile à cette période de donner des conseils généraux sur le fait d’utiliser ou non des protections comme des voiles des forçage, des tunnels plastiques ou autres. Aussi, il vous faudra aviser en fonction des caprices de la météo annoncés (températures, gelées tardives, …) dans vos régions respectives. Soyez vigilants et au moindre risque, protégez vos cultures.

  • Ansérine Bon Henri : n’oubliez pas que c’est une vivace et qu’elle sera en place pour plusieurs années
  • Arroche : plus résistante que les épinards, elle se cultive de la même manière
  • Betterave : celles ci seront destinées à une récolte primeure que vous ne conserverez guère longtemps. Voir comment semer les betteraves.
  • Capucine : si vous choisissez une variété non naine, ne négligez pas son développement qui pourrait faire de l’ombre à vos cultures
  • Carotte : pour elles, ajoutez beaucoup de sable à votre terre avant de semer
  • Cerfeuil : le semis doit être clair pour éviter d’avoir à trop éclaircir par la suite
  • Chou brocoli, fleur et pommé : il est possible de semer en fin de mois, si les risques de gelée sont passés
  • Ciboulette : préférez semer en place car elle supporte difficilement le repiquage
  • Concombre/cornichon : pas le choix pour eux, ils sont destinés à une culture sous serre ou bien il vous faudra attendre le mois prochain
  • Cresson : un semis à la mi-ombre pour lui et vous obtiendrez de belles récoltes !
  • Epinard : si la culture se déroule bien, vous devriez avoir libérer la parcelle suffisamment tôt pour accueillir une culture d’été derrière
  • Fève : pour une récolte plus tardive qu’avec un semis de fèves à l’automne, mais attention aux pucerons
  • Livèche : encore une vivace !
  • Navet : quelques variétés précoces se prêtent bien au semis de mars pour une dégustation primeure, allez faire un tour du côté du Navet de Milan
  • Oignon blanc : semez en poquets pour obtenir des bouquets de petits oignons savoureux
  • Origan : un seul plant de cette vivace suffira amplement à combler les besoins d’une famille, ne voyez pas trop grand
  • Oseille : cette vivace là finira par former une belle touffe à la saveur originale, réservez lui un petit coin à la mi-ombre pour d’abondantes récoltes
  • Panais : comme beaucoup de légumes racines, semez les dans une terre sans aucun “obstacles” pour éviter qu’ils ne fourchent
  • Patience : décidément les vivaces sont à l’honneur ce mois ci
  • Persil : qu’il soit plat ou frisé, il a besoin d’un sol très drainant pour s’y plaire, vous pouvez même y ajouter du gravier pour qu’il y pousse plusieurs années
  • Pissenlit : peu cultivé pour la consommation, il faut pourtant le coup de lui réserver une petite place pour agrémenter les mescluns estivaux
  • Poireau : encore une fois, cette culture demande beaucoup de patience. Si vous cultivez de petites quantités, préférez acheter de jeunes plants en bottes
  • Pois : ce mois-ci on sème les variétés à grains ronds, qu’elles soient naines ou à rames
  • Pourpier : un semis à la volée lui convient bien
  • Radis : les radis retrouvent le chemin du potager, choisissez des variétés à croissance rapide pour libérer la place avant les cultures d’été
  • Roquette : une culture facile pour apporter un peu de piquant à vos mescluns
  • Salades : enfin on commence à apporter de la variété dans les salades du potager, les premières salades du printemps pourront être semées dès la fin du mois
  • Les plantations en pleine terre

  • Ail : il vous faudra faire vite car c’est la dernière occasion de planter des caïeux si vous voulez effectuer votre récolte dans l’année (en savoir plus sur la plantation de l’ail)
  • Artichaut : c’est le moment de planter des oeilletons que vous avez récolté vous même ou bien que vous avez acheté dans le commerce
  • Asperge : plantez des griffes qui ont déjà deux ans et vous pourrez peut être obtenir quelques beaux turions dès cette année
  • Chou fleur : vous pouvez commencer à planter les premiers petits choux de printemps
  • Crosne du Japon
  • Echalote (en savoir plus sur la plantation de l’échalote)
  • Epinard : si vous avez semer en intérieur en début d’année, c’est le moment de repiquer
  • Fraise : profitez du mois de mars pour constituer une nouvelle fraiseraie, mais n’espérez pas de grosses récoltes cette année
  • Hysope : c’est le moment de repiquer les plants d’un an, qui seront suffisamment forts
  • Oignon jaune, rouge, rocambole ou patate : tous les oignons peuvent trouver une place au potager ce mois ci (en savoir plus sur la plantation de l’oignon)
  • Oignon blanc : si vous avez semé des poquets en janvier ou février, ils devraient pouvoir être répiqués tels quels au potager
  • Pomme de terre : les plantations de mars sont plutôt destinées à une production de pommes de terre nouvelles (en savoir plus sur la plantation des pommes de terre)
  • Rhubarbe : c’est le tout dernier moment pour planter des éclats de racines, vous devriez d’ailleurs observer les premiers bourgeons apparaître
  • Romarin : réservez lui de la place car n’oubliez pas que c’est un arbuste
  • Sauge : une place à la mi-ombre, c’est tout ce qu’elle demande
  • Topinambour : attention à bien les placer car ils peuvent vite devenir envahissants, sans oublier qu’ils émettent de très hautes tiges qui pourraient faire de l’ombre à vos autres cultures
  • Arbres et arbustes fruitiers à racines nues : dernier mois possible alors dépêchez vous
  • Lianes fruitières
  • L’entretien du potager

  • Taillez et divisez les aromatiques vivaces et les légumes perpétuels (ansérine Bon Henri, ciboulette, hysope, livèche, mélisse, menthe, origan, oseille, patience, raifort, sarriette, thym)
  • Terminez l’amendement des parcelles avec de la corne broyée ou du sang séché (à petites doses !)
  • Finissez la taille des petits fruitiers
  • Protégez les premières fleurs des arbres fruitiers à noyaux en couvrant d’un voile de forçage lors de gelées annoncées
  • Toutes les fleurs du potager ne figurent pas ici mais sachez que mars sonnent le début de leur semis également donc n’hésitez pas à leur allouer une place dans votre potager, elles vous le rendront bien. Alors, quelles fleurs et légumes sèmerez vous ce mois ci?