Récupérer les graines de fleurs : la bourrache

Par défaut

Ce matin en me promenant au potager, je me suis rendu compte que les graines de la bourrache étaient déjà matures. C’est l’occasion de continuer la série de billets sur la récupération des graines commencées avec les graines d’oeillets.La bourrache se ressème très bien toute seule pour la simple raison qu’elle produit énormément de graines que vous n’arriverez pas à toutes ramasser. Aussi, vous pouvez choisir de laisser faire la nature et de profiter des semis spontanés l’année suivante (qui seront plus adaptés et plus robustes que vos semis normalement) mais vous ne pourrez contrôler leur emplacement. Ce qui peut être gênant. Bref, c’est une question de choix.Pour récolter les graines donc, j’utilise deux méthodes.Récolte manuelleC’est la simple à mettre en place, elle ne permet pas de récolter un grand nombre de graines mais cela suffit généralement à subvenir à votre besoin pour l’année suivante. Il est primordial d’intervenir lorsque les graines sont bien matures. En effet, une fois la fleur tombée, le calice se referme sur les 4 graines encore immatures (vertes clair). Au fur et à mesure de la maturation des graines le calice va se rouvrir pour laisser apparaître ces 4 graines maintenant bien noires (voir photo). C’est à ce moment là qu’il faut intervenir. Pour cela, placez votre main sous un calice et grattez légèrement les graines. Si elles ne tombent pas toutes seules inutile de vous acharner, elles ne sont pas matures et ne germeront pas l’année prochaine si vous les prenez maintenant. Mieux vaux attendre le lendemain. En revanche si elles sont matures, faites très attention car vous risqueriez de les faire tomber au sol avant d’avoir pu les récolter.Récolte « automatique »Il est encore un peu tôt pour ma part pour mettre en place cette méthode aussi je n’ai pas encore de photo. Elle permet de récolter sans effort un très grand nombre de graines, je l’utilise donc lors de la pleine saison de récolte des graines (à partir d’août). Pour cela, il vous suffit d’étendre un mouchoir en tissu ou un torchon au pied du plant, à même le sol si possible ou bien de le tendre avec 4 piquets aux angles (un peu comme un hamac). Ayant d’autres plantes au pied de mes bourraches, je suis obligé d’utiliser la deuxième méthode. Comme je le disais les graines matures tombent toutes seules. Elles se retrouvent donc d’elles même dans le tissu. Une récolte par jour et vous voilà avec des centaines de graines en une semaine !Enfin, quelque soit la méthode de récolte, laissez sécher vos graines une semaine au soleil dans un endroit sec puis vous pourrez les stocker avec vos autres graines.Et vous comment récoltez vous vos graines de bourrache?

Des récoltes abondantes dans un petit jardin

Par défaut

Quel jardinier n’aimerait pas au fond de lui avoir un potager un peu plus grand? Choisir de privilégier telle ou telle variété, de faire abstraction des cultures demandant beaucoup d’espace, de se priver d’arbres fruitiers car nous n’avons pas la place suffisante au jardin est très difficile. Pourrait on concilier tout cela dans un petit jardin? C’est ce que vous propose ce livre.Avec de nombreuses astuces et des conseils éprouvés par l’auteur lui-même, ce livre va vite devenir une source d’inspiration pour bon nombre de jardiniers de petits espaces.Fabrice Chollet nous montre page après page comment il est parvenu à obtenir de belles récoltes de légumes et de fruits dans son petit jardin, tout en conservant un espace de jeu pour ses enfants et un coin détente pour les parents ! La clé de son secret? Il nous la livre sans crainte : concilier techniques modernes (potager en carré, lasagne, permaculture) et savoir faire technique des maraîchers parisiens du 17ème siècle.Tout au long du livre, on apprend à appréhender son petit jardin, en faire un état des lieux pour trouver les coins les plus propices aux différentes cultures, à l’organiser et à le cultiver avec un rendement maximum tout en respectant au mieux les équilibres naturels.Truffé d’astuces pour optimiser l’espace, ingénieuses et élégantes comme par exemple le tipi à haricots, techniques et réfléchies comme la butte de permaculture pour remplacer le sol inanimé suite à l’arrachage d’une haie de thuyas, cet ouvrage nous offre des solutions toutes prêtes à des problèmes que nous pouvons tous rencontrer.Enfin, une fois la conception du jardin bien assimilé, l’auteur termine sur une série de fiches de culture pour les principaux fruitiers, aromates et légumes du jardin mais aussi quelques originalités !En revanche, bien que très précis et très intéressant, ce livre est plutôt destiné aux jardiniers débutants qui saisiront très rapidement toutes les bases d’un jardinage bio (utilisation des engrais verts, non travail du sol, …). Les jardiniers plus expérimentés resteront un peu sur leur faim mais trouveront quand même dans ce livre de très bonnes astuces !Des récoltes abondantes dans un petit jardin
Fabrice Chollet
22 cm x 15 cm
160 pages
Avril 2015
16,90 €
ISBN 9 782841 387526
Editions Ulmer
Pour aller plus loin dans l’optimisation de l’espace et l’obtention de récoltes abondantes dans de petits espaces, je vous conseille le livre de Nicolas, très complémentaire (cliquez sur la couverture ci-dessous pour un aperçu et pouvoir vous le procurer).

Récolter les graines de légumes : panais

Par défaut

Le panais est un légume que j’apprécie cultiver car je trouve sa culture très gratifiante. Les panais de jardin n’ont rien à voir avec ceux que l’on peut acheter tant au niveau du goût que pour ce qui est de leur conservation. En revanche, ce légume présente un inconvénient de taille : la très faible durée germinative de ses graines. En effet, celles ci perdent presque toutes leurs facultés germinatives après un an… Et bien sûr, les sachets de graines achetés dans le commerce coûtent cher et contiennent bien plus de graines que vous ne pourrez en semer en une année. Résultat : la moitié du sachet (et encore, je suis gentil) part à la poubelle.. Bien sûr, vous pouvez racheter un sachet tous les ans mais moi j’ai choisi de récolter les graines car c’est vraiment simple.Un peu de biologie avant de commencerComme la plupart des légumes racines, le panais est une plante bisannuelle. La première année, il va développer son feuillage ainsi que sa racine charnue puis, si vous ne le consommez pas, la seconde année sera consacrée à la formation des graines.  Cela signifie donc que vous n’aurez des graines qu’après deux ans et que vous devrez être capable de conserver votre porte graines pendant 2 ans.Comment faire passer l’hiver au panais porte-graines?Avant tout, la première année de culture de vos panais, il vous faudra choisir votre porte graines. Choisissez de préférence un plant vigoureux qui devrait transmettre ce caractère à sa descendance et vous assurer de belles récoltes par la suite. Deux techniques existent pour garder votre porte-graines pendant l’hiver, le laisser en terre ou alors le conserver hors sol pour le replanter au printemps. Personnellement, je préfère laisser mon plant en terre. Le panais supporte très bien les faibles températures et il repartira mieux au printemps suivant que si vous ne l’aviez arraché. En revanche, dans les régions aux hivers très rudes, il est préférable de conserver votre panais hors sol. Pour cela, juste avant les premières grosses gelées, arrachez votre panais, coupez les feuilles à ras du collet puis conservez le dans du sable dans une pièce fraiche et sombre comme une cave. Au printemps suivant, vous pourrez alors le remettre en terre.La récolte des grainesLa seconde année de culture, vous n’aurez que très peu à intervenir. Il faut simplement laisser le plant se développer jusqu’à ce qu’il fleurisse. Etant donné la quantité de graines que produit un plant, mieux vaut couper certaines fleurs, les ombelles, pour éviter que le panais ne se ressème à tout va. Avec seulement deux ombelles vous aurez largement de quoi récolter des graines pour votre usage ainsi que pour en donner à votre entourage !Une fois pollinisées, les fleurs vont se transformer en graines qui devront être bien sèches avant d’être récoltées. Si vous coupez l’ombelle trop tôt, lorsque les graines sont encore vertes, celles ci risquent d’être immatures et de ne pas germer par la suite.

Lorsque les graines du panais sont très sèches, elles se détachent toutes seules de la tige et tombent au sol. Pour éviter d’être envahi l’année suivante par des semis spontanés, je vous conseille, lorsque les graines sont encore vertes, de placer l’ombelle à l’intérieur d’un sachet en papier où elles finiront de mûrir. Ainsi, même si elles se détachent, elles seront récupérées !

Une fois les graines sèches, je coupe l’ombelle dans un sac puis je les recueille en frottant doucement chaque groupe de graines. Et voilà des centaines de graines disponibles pour les futurs semis !Si vous avez apprécié cet article ou si vous récoltez vous aussi vos graines de panais, je vous invite à laisser un commentaire ! J’aimerai tenté la congélation des graines pour augmenter leur durée germinative, vous sauriez comment il faut procéder?

Récupérer les graines de fleurs : le tournesol

Par défaut

Si les récoltes de légumes faiblissent au potager, les paniers ne désemplissent pas chez moi car c’est maintenant l’heure de récolter les graines de fleurs annuelles. Parmi elles, le tournesols tient une place particulière dans mon potager. J’ai depuis longtemps une variété de tournesol de taille moyenne, très florifère. Parfait pour les bordures de mon potager ! En théorie, je pourrais le laisser faner sur place et il devrait se ressemer tout seul. Seulement, les graines de tournesol sont très appréciées des oiseaux pendant l’hiver qui y trouve une source non négligeable d’éléments nutritifs. Ils dépouillent donc littéralement mes fleurs de leurs graines et ne m’en laissent aucune pour le semis spontané. A vrai dire, tant mieux si ces fleurs peuvent aider les oiseaux à passer l’hiver et si le semis spontané n’est pas possible alors je prendrais le relais ! D’autant qu’il est très simple de récolter les graines d’une fleur de tournesol.Pour commencer, il faut choisir une fleur complètement fanée.La première étape consiste à gratter légèrement la surface de la fleur pour la débarrasser des restes de floraison (ces petites boules jaunes, bien visibles sur la photo). Une fois les restes de floraison retirés, on peut passer à l’extraction des graines. Pour cela, il suffit tout simplement de gratter la fleur, un peu plus fort cette fois. Ensuite, je souffle légèrement sur le tout pour séparer les graines des éventuels petits déchets. Je laisse sécher plusieurs semaines sur une coupelle en intérieur et voilà, c’est terminé ! Selon la taille de la fleur on peut espérer entre 100 et 500 graines par capitule. Inutile donc de tout retirer du potager et autant les laisser disponibles pour les oiseaux :)Et vous, de quelle manière récoltez vous les graines de tournesol?

Récupérer les graines de fleurs : la capucine

Par défaut

Comme pour les oeillets et la bourrache, je récupère les graines de capucine d’une année sur l’autre. En effet, un beau massif de capucine suffit à produire des dizaines et des dizaines de graines. Et au prix que sont vendus les graines de capucines, il serait dommage de ne pas les récolter soi même. D’autant que c’est, encore une fois, très simple.Repérez les graines dans votre massif (groupées par trois), puis tentez de les récolter en les grattant doucement. Si elles se détachent d’elles même, elles sont matures sinon attendez quelques jours. Généralement, les graines matures tirent sur le jaune crème alors qu’elles sont vertes auparavant.Une fois votre récolte effectuée, vous devrez impérativement laisser sécher les graines plusieurs semaines. Elles ne peuvent pas du tout être stockées telles quelles, sans quoi elles pourriraient vite. Ce n’est qu’une fois parfaitement sèches (décolorées et rabougries) que vous pourrez les stocker jusqu’aux prochains semis qui vous révéleront peut-être quelques surprises car les capucines s’hybrident facilement et les couleurs se retrouvent souvent mixées !Et vous comment récupérez vous les graines de capucines?